Mesures d’éloignement : quelle différence entre OQTf et APRF?

Mesures d’éloignement : quelle différence entre OQTf et APRF?
banniere-blog
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Filament.io 0 Flares ×

oqtf - aprfThéoriquement, l’Obligation de Quitter le Territoire et l’Arrêté Préfectoral de Reconduire à la frontière sont deux mesures d’éloignement bien distinctes :

  • L’Obligation de Quitter le Territoire Français a été créée par la loi du 24 juillet 2006. Elle concerne les étrangers pour qui la préfecture :
    - Refuse la délivrance ou le renouvellement d’un titre de séjour,
    - Décide le retrait de titre de séjour,
    - Décide le retrait d’un récépissé de demande de carte de séjour ou d’autorisation provisoire de séjour.

Il ne doit pas y avoir de motif de menace à l’ordre public.

Dans la Loi, il est dit que la préfecture peut assortir la décision de rejet d’une OQTF ; dans la pratique, l’OQTF est presque systématique.

Les étrangers soumis à une OQTF ont 1 mois pour faire un recours devant le tribunal administratif.

  • Les étrangers qui peuvent recevoir un Arrêté Préfectoral de Reconduite à la Frontière sont :
    - Les étrangers en situation irrégulière (par exemple, suite à un contrôle d’identité ou, plus rarement, une dénonciation),
    - Les étrangers qui présentent une menace pour l’ordre public,
    - Les étrangers qui travaillent sans l’autorisation de travail adéquate.

Les étrangers soumis à un APRF ont 48h pour faire un recours devant le tribunal administratif.

De l’OQTF à l’APRF

Dans la pratique, une OQTF peut vite se transformer en APRF :

Quand la préfecture refuse la délivrance ou le renouvellement d’un titre de séjour, d’un récépissé ou d’une autorisation provisoire de séjour pour un autre motif que la menace à l’ordre public, la décision de rejet se présente en général en plusieurs parties :

  • Le premier paragraphe rappelle les textes sur lesquels la préfecture a fondé sa décision (« Vu… »),
  • Le 2ème reprend les faits et explique les motifs pour lesquels les conditions ne sont pas remplies (« Considérant… »),
  • La 3ème partie est « l’arrêté » (c’est-à-dire la décision de la préfecture), qui notifie (« Arrête : Art 1er… ») :
    - le rejet de la demande,
    - l’Obligation à quitter le territoire, contre laquelle l’étranger a 1 mois pour faire un recours administratif,

Il est précisé qu’à l’expiration du délai d’un mois, cet OQTF se transforme un Arrêté préfectoral de reconduite à la Frontière (APRF), sans que la préfecture ait à produire une nouvelle décision (le passage de l’OQTF à l’APRF est « automatique »),

  • La décision précise également le pays de reconduite.
  • Si la personne était en possession d’un récépissé, la décision de la préfecture annule la validité de ce récépissé.

Caroline Naïl, consultante chez Migration Conseil

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Filament.io 0 Flares ×
L'équipe de Migration Conseil est constituée d'experts hautement diplômés et bénéficiant de plusieurs années d'expérience professionnelle dans le domaine de l'immigration en France, que ce soit pour des projets liés à un emploi salarié, à un projet d'entrepreneuriat ou à des projets plus personnels (famille, investissement, retraite en France, etc.)

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>