Actualité Immigration 18-24 juillet 2011: Roms : bilan – Une nouvelle liste des métiers ? – statistiques ethniques

Actualité Immigration 18-24 juillet 2011: Roms : bilan – Une nouvelle liste des métiers ? – statistiques ethniques
0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Filament.io 0 Flares ×

presseLe nombre de Roms en France n’a pas baissé : le bilan de Romeurope

Un an après le discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble sur les expulsions de Roms et la désinstallation des campements, Romeurope fait le bilan de la situation :  » il s’agissait d’un discours de pur affichage politique. Beaucoup de choses ont été annoncées et rien n’a changé « , estime Laurent El Ghozi, membre du collectif.

Selon l’OFII, le nombre des  » expulsions  » (il s’agit en réalité de retours humanitaires) de Roumains et Bulgares, dont la majorité sont Roms, a même baissé en 2010. La communauté rom compte en France 15.000 personnes, un chiffre stable depuis 2007. Le nombre des campements illicites ne semble pas avoir baissé non plus.

Les  » expulsions  » sont justifiées par l’occupation illégale de terrains. Très médiatisés en 2010, les retours humanitaires sont des procédures couteuses pour la France mais, en réalité, très peu efficaces. De fait, en vertu du principe de la libre circulation des ressortissants communautaires au sein de l’espace Schengen, les Roms retournent en France quelques mois plus tard.

En conclusion, selon l’ONG Médecins du Monde les  » expulsions  » n’ont d’autre effet que d’interrompre toute politique d’insertion : les efforts faits pour la scolarisation des enfants et la santé des personnes retombent à zéro. De plus, selon la Cimade, les difficultés d’insertion de la population rom sont majorées par les mesures transitoires qui s’appliquent aux Roumains et Bulgares et qui entravent l’accès à l’emploi de ces populations.

Voir les articles : Droits et devoirs administratifs des Roms : conséquences du régime transitoire Roumain et Bulgare et Mieux comprendre la situation des Roms en France /1/ : un people sans Etat

Restrictions prévues dans la liste des métiers ouverts aux étrangers

Le 22 juillet, le quotidien Les Echos a dévoilé le projet d’arrêté établi par le gouvernement au sujet de la nouvelle liste des métiers ouverts eux étrangers.
Cette liste rentre dans le cadre du projet du Ministre de l’Intérieur de réduire l’immigration professionnelle (voir le Dossier spécial : réduction de l’immigration professionnelle quel impact ? ).

Depuis le mois d’avril, les propos de M. Guéant par rapport à la réduction de la migration de travail font débat. La nouvelle liste des métiers ouverts aux étrangers a été communiquée aux syndicats. Le projet prévoit une réduction de la moitié des métiers ouverts aux étrangers : de 30 métiers on passera à seulement 15 métiers.

Côté entreprises, les restrictions qui pèseront le plus lourd concernent les domaines de l’informatique et du BTP (Revue de presse du 4-10 juillet 2011).

Les syndicats ont réagi avec beaucoup de perplexité à ce projet, qui est, avant tout, un signal politique très clair.
De fait, la faisabilité du projet est incertaine : les besoins du marché du travail permettront-ils une véritable réduction de l’immigration légale ? La nouvelle liste saura-t-elle s’adapter aux fluctuations du marché du travail ?

Statistiques ethniques, le débat continue

Des élus locaux de l’Association nationale des élus locaux de la diversité, suite à un voyage aux Etats-Unis, ont remis sur la table le débat concernant les statistiques ethniques.

Selon l’Association, l’Etat français doit s’inspirer au modèle américain et établir des statistiques ethniques comme  » postulat ce départ  » afin de faire  » un état des lieux et corriger les discriminations « .
Cela dit, l’Association ne propose aucune modalité de mesure de ces statistiques (par auto-déclaration, par l’origine, etc.. ). Pourtant, la difficulté représentée par la formulation des questionnaires était bien un des points cruciaux du débat. De fait, de nombreux rapports sur le sujet ont soulevé le risque  » d’essentialisation  » et de repliement communautaire que la création de catégories basées sur des critères ethnico-raciales pourrait engendrer.

Par ailleurs, l’article publié le 22 juillet par Marianne 2,  » Statistiques ethniques : un eternel et hypocrite débat  » montre que des méthodes de comptage sur les minorités existent déjà. Par exemple, les statistiques de l’Insee relèvent déjà la nationalité et le pays d’origine des parents.

Le 21 juillet Le Nouvel Observateur a publié une interview de Catherine de Wenden, Docteur en sciences politiques, qui porte sur ce sujet. Catherine de Wenden explique pourquoi les statistiques ethniques seraient difficilement applicables en France :  » Le pays s’est construit depuis des siècles sur les valeurs d’égalité et de fraternité issues de la Révolution, et non pas sur des bases ethniques. Cela amènerait à donner une lecture différente du projet politique français. Or la dimension sociale est plus importante, plus significative en France. Mettre en place une telle politique, reviendrait surtout à donner du grain à moudre aux extrémismes. En pensant de la sorte, il sera facile de justifier l’échec à l’école ou les prisons surchargées par le seul fait de l’origine ethnique d’une personne « .

Article publié par Giulia Herzenstein sur questionsdetrangers.com, le blog de Migration Conseil

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Filament.io 0 Flares ×
L'équipe de Migration Conseil est constituée d'experts hautement diplômés et bénéficiant de plusieurs années d'expérience professionnelle dans le domaine de l'immigration en France, que ce soit pour des projets liés à un emploi salarié, à un projet d'entrepreneuriat ou à des projets plus personnels (famille, investissement, retraite en France, etc.)

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>